Les Alcooliques Anonymes d'Alidhan

Ceux qui vont boire et rire te saluent !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"   Sam 26 Juin - 0:34

Déjà, il n'aimait pas l'enseigne. Ce Sieur Edouard lui rappelait un peu trop Raymond le fossoyeur, qui ne relevait même plus la tête quand il sortait en titubant du cimetière de Mérulik où on le laissait régulièrement pour mort.
Les couleurs, bannières et autres ornements lui donnaient le tournis. Pour un peu qu'il y ait du vent, les langues de tissus battaient comme les voiles dans un port et cette énergie joyeuse l'agaçait profondément. Aussi n'était-il jamais passé devant l'échoppe qu'en maugréant et en faisant mine de l'ignorer.
Ce jour de juin, ce n'est qu'au bout de la rue qu'il se rendit compte qu'il était parfaitement serein, malgré des bourrasques dignes de la vallée du Rhône. Il se demanda ce qu'il était advenu des tentures de la taverne honnie et revint sur ses pas.
La vieille plaque en fer forgé grinçait toujours sur sa chaîne au-dessus de la porte, et malgré l'absence des drapeaux tant redoutés, l'établissement était bien ouvert, comme il le devinait aux éclats de rire qui lui parvenaient de l'intérieur.
"Eh bien, se pourrait-il que l'on ait fait oeuvre d'utilité publique en enseignant à ce tavernier un peu de bon sens ?" marmonna le vieux mage pour lui-même.
Il resta là, planté devant la porte. Le vent avait irrité sa gorge sèche et abimée par les ans, et malgré l'écoeurante bonne humeur qui régnait à l'intérieur, il se disait qu'un lait chaud avant de rentrer ne serait pas pour lui déplaire.
Equipé de toute sa mauvaise foi, il prit la contenance d'un homme en train d'accomplir l'acte le plus répugnant qu'il eût pu concevoir et poussa la porte de chêne. Il savait que c'était un repaire d'exilés. Et que pouvait-il bien lui arriver ? Se retrouver chez Raymond ?
Peuh ! D'Edouard à Raymond, il n'y a qu'un pas. Avait-il jamais prétendu autre chose?
Revenir en haut Aller en bas
Dunadan
La Bourrique en futte de chaînes
La Bourrique en futte de chaînes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5239
Date d'inscription : 06/11/2008

Feuille de personnage
Classe: Paladine
Guilde: A.A
Avez-vous prêté allégeance à votre suzerain ?: Oui

MessageSujet: Re: A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"   Sam 26 Juin - 1:32

La paladine avait passé une excellente journée, qui avait fini par une victoire exilée totale : petit tournoi amical avec les royalistes, qui ne pouvaient se vanter d'avoir occis de la vermine. Son barbare fétiche et elle-même avaient collectionné les trophées, tenant des têtes dans leurs bras et les consultant du regard de temps en temps, comme s'il s'agissaient de grimoires peu dignes d'intérêt, lus en diagonale.
Ils riaient de bon cœur en parlant de leur dernière visite chez Raymond, tout en hélant leur vieux lutin grincheux d'Édouard de temps à autres pour hydrater leurs gorges devenues sèches à force de déploiements.
La porte s'ouvrit justement sur un autre phénomène, qui battait également des records ; et pourtant, malgré le regard froid ou désapprobateur qu'il adoptait en toutes circonstances, glissant de l'un à l'autre comme entre deux eaux, il lui semblait légèrement différent lorsqu'il buvait accidentellement la tasse dans ses yeux, dont il se dépataugeait toujours en grande hâte, comme après avoir barboté dans une eau trop chaude. Une superbe qui ne trompait personne ; pas elle en tout cas.

Elle lui fit donc un grand sourire, tandis que son acolyte plongeait le nez dans sa bière. Elle venait en effet de le sermonner d'avoir envoyé brutalement le pauvre sac d'os chez Raymond...


Bonsoir, grand-père. Qu'est-ce que je vous sert ? Une petite tisane de chamalla ?

__________________________________
-> Que puis-je te servir ? <-

Revenir en haut Aller en bas
http://pna-de-dunadan.over-blog.net/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"   Sam 26 Juin - 2:27

"Chamalla... c'est du rouge au moins ?" dit-il sur un ton provocateur. "Vous n'allez tout de même pas me faire boire du Chamalla bleu ?"
Il regarda la jeune paladine s'affairer parmi les bouteilles et ne lui en voulut pas de son sourire moqueur. Bien que ne l'ayant pas connue, il imaginait sans peine l'ivresse d'une nuit passée à moissonner des têtes. Finalement, il trouvait rassurant qu'une demoiselle ait choisi de faire métier de tranche-chair. Les jeunes de ce temps n'étaient donc tous pas à noyer. Ses parents devaient être rassurés de la savoir engagée dans une si noble entreprise.
Il se vit présenter une tasse de tisane fumante au-dessus de laquelle trônait un sourire malicieux. Il n'évita pas le regard flou mais sincère de la guerrière, qui lui procurait une inquiétante sensation d'apaisement.
Revenir en haut Aller en bas
Dunadan
La Bourrique en futte de chaînes
La Bourrique en futte de chaînes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5239
Date d'inscription : 06/11/2008

Feuille de personnage
Classe: Paladine
Guilde: A.A
Avez-vous prêté allégeance à votre suzerain ?: Oui

MessageSujet: Re: A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"   Sam 26 Juin - 2:57

Elle le scruta, un franc sourire aux lèvres, avant de promener en toute tranquillité son regard pétillant de la tasse pleine au visage creux.
Un liquide délicatement rougeoyant attendait, tranquille, que l'on en vante la robe hum... la teinte, déformation professionnelle. Vision bien plus apaisante, par ailleurs, que l'épais liquide sombre qui recouvrait chaque pièce de son harnachement il y a peu, tant elle avait visé les points vitaux des ennemis avec précision pour éviter un acharnement inutile et sadique sur de futurs cadavres déjà classés et rangés dans des petites boîtes. Petite boîte... Elle en était aussi. Sac à viande... Elle se tourna vers le barbare qui dormait tout son soûl ; lui au moins, n'était pas saoule ou même pire, soul choc. Mais le regard bienveillant du vieux veilleur lui redonna quelque foi.
Tout était calme, d'un silence presque surnaturel aux alentours. Et pourtant, quelle conversation passionnante se faisait là. Elle se servit un peu de tisane à elle aussi, histoire de ne pas choquer son hôte, quelque peu flouée et son regard embrumé par le manque de bourbon. Elle lui sourit néanmoins, du fond de ses ventricules cardiaques.




__________________________________
-> Que puis-je te servir ? <-

Revenir en haut Aller en bas
http://pna-de-dunadan.over-blog.net/
Cool Rasta
Super Knutt
Super Knutt
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1928
Date d'inscription : 10/10/2009

Feuille de personnage
Classe: Barbare
Guilde: A.A
Avez-vous prêté allégeance à votre suzerain ?: Oui

MessageSujet: Re: A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"   Sam 26 Juin - 12:57

Le barbare se réveilla alors. Il avait rêvé de cette escapade meurtrière en compagnie de la boite à viande. Il se croyait encore là-bas. Sur son visage une expression d'hébétude s'était dessinée. Où était-il donc ? Il mit quelques minutes avant de reprendre ses esprits et de s'apercevoir qu'il était dans la taverne d'Edouard. Il tourna la tête vers la Paladine puis vers le mage. Il ne connaissait pas le mage. Il lança un regard interrogateur envers sa baronne la paladine. Celle-ci lui répondit avec un rire léger que c'était un ami. Le barbare se détendit. Ils racontèrent fièrement leurs exploits de la veille au mage qui à première vue était impressionnée de tant de force et de courage. Ils rirent des verts qui les supplièrent avec tant de sanglots de ne pas les tuer, de ceux qui ne se rendirent même pas compte de leur présence avant de voir une hache ou une épée traverser leur gorge. Ils rirent aussi de tout ce sang ennemi qui coula a flot et joncha les plaines qui étaient d'un vert éclatant avant leur arrivée. Vert comme leur ennemis. Rouge comme la couleur de ces ennemis et de la plaine à leur départ. Le barbare s'aperçut alors qu'il lui restait du sang sur ses mains et ses peaux de léopard. Il devrait les laver. Fichus ennemis : ils ne peuvent jamais mourir proprement ! Ils se souvinrent aussi de ce premier garde qui tenta, fidèle à son alignement, d'arrêter la furia de ces deux bleus. Mais encore de ce deuxième garde qui en fit de même quelques plaines plus loin. Malheureusement pour lui et heureusement pour les deux acolytes, ces braves gardes ne pesèrent pas lourd dans la balance et se firent massacrer. Bref, ils étaient heureux de leur sortie. La tristesse les envahi quand ils se rappelèrent qu'ils devraient retourner prochainement à leurs tâches chacun de leur côté et que un heureux massacre comme celui qu'ils venaient de vivre ne se reproduirait pas avant un bon moment. En effet, le barbare était pauvre et endetté. Il devait rembourser ses dettes au plus vite et pour cela ils vendaient ses biens. Et cela ne pouvait attendre même si malheureusement ces biens là avaient dû mal à faire approcher des interressés. Mais il devait y retourner pour justement en faire la publicité et relancer ses ventes car comme cela il resterait endetté jusqu'à la fin de sa vie. Et puis il devait prochainement investir dans un équipement de luxe qui coûtait très cher mais dont il ne pouvait se passer car cela le rendrait puissant et redoutable à un point qu'on ne pouvait se douter. Il pourrait, avec cet équipement, massacrer de plus grands ennemis et donc inspirer une peur incontrôlable chez ses ennemis. Enfin bref, il devait repartir mais pas tout de suite : il voulait encore profiter. La paladine, elle, ne pouvait pas le suivre car là-bas les lieux étaient encore trop dangereux pour une paladine encore en apprentissage même si déjà redoutable. Elle devait acquérir encore un peu d'expérience pour pouvoir se loger dans ces endroits meurtriers. Ils se mirent tout de même d'accord : L'ex-guerrière devait poursuivre une quête qu'on lui avait décerner. Elle devait pour cela aller acheter une pioche à un dénommé birduck qui faisait son commerce dans les zones dont nous venons de parler. L'ex-guerrier quant à lui avait aussi une quête à proximité. Il lui promit donc de l'accompagner et de la protéger pour cette périlleuse mission. Puis, elle retournerait à Mérulik pour acquérir cette expérience qu'il lui manque et lui devrait rester là. Mais ils se retrouveraient.
Ils sortirent de leurs pensées et conclurent qu'il fallait profiter de ce moment où ils étaient ensemble. Edouard arriva. l'air immensément fatigué. "Sort nous tout ce que tu as sous ton comptoir brave Edouard !" s'empressa la barbare. Le barman s'exécuta sans un mot. A présent on pouvait discerner de nombreux alcools différents : une multitude même. De la bière, de la cervoise, du jus de chams, du ricard... "trinquons !" s'écrièrent-ils en même temps. "Buvons jusqu'à ébriété ! Chantons ! Dansons ! En l'honneur de la joie qui peut nous envahir quand une famille retrouve son unité ! Soyons heureux de ce moment ensemble !" Poursuivit le barbare. Le mage et la paladine acquiescèrent. "Pendant ce temps, parle nous de toi brave mage. On a beaucoup parler de nous mais on ne t'oublie pas. Vas-y n'ait pas peur. Que ta langue se délie. Je veux tout savoir de toi avant de m'endormir soul !"...

__________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"   Dim 4 Juil - 10:46

Le vieillard leva la tête et regarda le barbare. La vapeur de chamalla qui s'élevait de sa tasse lui montait à la tête.
- "Je ne refuse pas de te parler de moi, jeune homme, mais tu risques d'être déçu par mon conte. Voilà maintenant deux lunes, je me suis réveillé au bord d'une rivière, dans un endroit que je ne connaissais pas. Je n'étais vêtu que d'une chemise en haillons et d'une culotte grise, j'étais trempé et j'avais, selon toute semblance, été roué de coups. Mais le plus effrayant était que j'étais absolument incapable de me souvenir ni de la façon dont j'étais arrivé là, ni même de qui j'étais. Ceux qui m'avaient ainsi mis à terre pouvaient bien être des voleurs de grand chemin m'ayant trouvé là déjà gisant, mais peut-être m'étais-je attiré les foudres de quelque coterie. Aussi, je décidai sans plus attendre de quitter la berge et de rejoindre la grand route, de façon à pouvoir obtenir intelligence ou assistance auprès de ceux que je croiserais, tout en finissant par arriver en une cité où mendier une gamelle de gruau et quelques nippes..."
Il reconnut au fond de la taverne un géomancien qui l'avait mis sur le carreau le matin même et plongea le regard dans sa tisane afin de ne pas laisser cours aux railleries, eût-il été identifiable malgré l'état dans lequel le puissant importun l'avait laissé. Il continua cependant, sans relever la tête.
- "J'arrivai devant deux grandes portes gardées par deux militaires en armure dorée. Devant moi, un voyageur muni d'un arc s'approcha d'eux. Les deux gardes crièrent : « Gloire et longue vie ? » à quoi l'archer répondit « Au noble Roy Galoregor !» et les deux sentinelles décroisèrent leur hallebardes afin de le laisser passer. Aux mêmes causes les mêmes effets, c'est par le même moyen que j'eus tôt fait de me retrouver dans l'enceinte de la ville."
Il vida sa tasse d'un coup sec, puis s'accouda au comptoir, le regard dans le vide.
- "Une jeune femme fort aimable eut pitié de ce pauvre vieillard et lui donna une aumônière contenant de quoi se vêtir simplement, s'offrir un repas et dormir à l'auberge. Un autre me donna des indications pour me diriger dans l'endroit. Je trouvai l'endroit accueillant, malgré les petits tire-bourse que l'on pouvait y croiser ça et là, et je compris vite que tout ce que j'aurai à donner pour prix d'une nouvelle patrie était ma fidélité au Roy. Je ne connaissais pas l'homme mais ses affaires semblaient marcher rondement. Sa capitale était propre, ses boutiques bien achalandées, le port bruissait d'activité et les enfants avaient de bonnes joues."
En disant cette dernière phrase, il eut envie de sourire, car la paladine avait encore des joues d'enfant. Il se garda bien d'en rien montrer et conclut.
- "La loyauté d'un homme sans nom, mérite ni fortune n'a pas grande valeur d'échange, aussi l'accordai-je au Roy sans réserve."
Revenir en haut Aller en bas
Dunadan
La Bourrique en futte de chaînes
La Bourrique en futte de chaînes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5239
Date d'inscription : 06/11/2008

Feuille de personnage
Classe: Paladine
Guilde: A.A
Avez-vous prêté allégeance à votre suzerain ?: Oui

MessageSujet: Re: A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"   Lun 5 Juil - 2:01

À écouter le récit du maître sorcier, la jeune tavernière se décida subitement à ranger quelques chopes et écuelles qu'elle avait laissé traîner tout l'après-midi durant. Les mots d'ordre et de salubrité lui faisait toujours bien plus d'effet que ceux de commandes ou d'ébriété, qui eux, formaient son lot quotidien. La dernière phrase sentencieuse du vieux sage lui donna un sourire à la fois narquois et désabusé. Être exempt de mémoire et d'identité... Son goût pour les choses bien structurées, à la baguette ou au carré, lui venait sûrement de là. Mais elle savait qu'il était tombé entre de bonnes mains, justement celles de ces quelques partisans du Roy dignes d'estime auxquels elle rendait régulièrement visite. Ce vieux bonhomme était heureux au jeu des relations ou du moins, il avait tiré les bonnes cartes du dessus du paquet...

"Sans réserve, hein ?" souligna-t-elle tout haut avant d'avoir pu s'en empêcher. "Quelle réserve ?" continua-t-elle pour elle-même. Elle eut peur que les mots résonnent dans sa boîte, amplifiés par le vide et la ferraille qui la constituaient. Elle se ressaisit bien vite et improvisa :

"Je veux dire... C'est tout à votre honneur".

"Qu'est-ce que c'est plat... Tu n'avais rien de mieux en réserve, stupide boîte de conserve ?" pesta-t-elle en sa forteresse intérieure.

__________________________________
-> Que puis-je te servir ? <-

Revenir en haut Aller en bas
http://pna-de-dunadan.over-blog.net/
eraclis
The Fighting Drinker
The Fighting Drinker
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1775
Date d'inscription : 25/04/2009

Feuille de personnage
Classe: Archer
Guilde: A.A
Avez-vous prêté allégeance à votre suzerain ?: Oui

MessageSujet: Re: A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"   Ven 9 Juil - 15:55

Riri viens nous filer des Cham vite. enchanté, ... (mince comment il s'appelle déjà bon s'est pas grave de toute façon c'est une tomate farcie)
Soies le bienvenu ici (quel drôle d'accoutrement, il ne doit pas savoir que le rouge se marie très mal avec les autres couleurs, ne soit pas couleuriste Era, ne soit pas couleuriste)
sinon, la forme, tu prendras bien une chope l'enem.... l'ami
si tu veux la baronne peut nous faire un de ses cocktails dont elle a le secret.

__________________________________


un optimisme a toute épreuve peut être payant bien souvent. ^^
des crèpes, du cidre et un andros. voilà qui fera la plus belle région du monde
Revenir en haut Aller en bas
Dunadan
La Bourrique en futte de chaînes
La Bourrique en futte de chaînes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5239
Date d'inscription : 06/11/2008

Feuille de personnage
Classe: Paladine
Guilde: A.A
Avez-vous prêté allégeance à votre suzerain ?: Oui

MessageSujet: Re: A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"   Ven 9 Juil - 17:21

Eraclis voyons... Ne dis pas tes pensées tout haut quand c'est ta mauvaise langue qui parle !

Sinon, je peux aussi servir un peu de thé, il est juste l'heure. Histoire de remettre un peu d'eau sur les breizh !

[HRP]He's from Brittany.[/HRP]

__________________________________
-> Que puis-je te servir ? <-

Revenir en haut Aller en bas
http://pna-de-dunadan.over-blog.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'enseigne "L'abreuvoir du Sieur Edouard"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Changer l'enseigne
» Sieur Cartier
» [ Achat ] Pretre liche/Porte enseigne
» Porte enseigne.
» Enseigne de Corvette Anthony R. Yus muté à Dublin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Alcooliques Anonymes d'Alidhan :: Détente et bitures :: L'Abreuvoir du Soiffard (Accès libre)-
Sauter vers: